Lagarde enquête à Chouvigny

La page 99 (copyright Josie Hack)

A présent, c’était le mois d’août, le soleil brillait sur toute la Scandinavie,…mais Lagarde ne venait pas.

Elle aurait pu rentrer le rejoindre à Clermont, mais la perspective de l’attendre, seule dans l’appartement de la rue Buxtehude, jusque tard dans la nuit ne l’enchantait pas. Lorsqu’il enquêtait sur une affaire de meurtre, il ne passait à la maison qu’en coup de vent, c’était invariable.

  • Voyage un peu à travers le pays, lui avait conseillé sa mère, en voyant ses larmes de déception. Notre Norvège est grande et belle. Ton père et moi sommes vieux maintenant, nous préférons rester à la maison, mais toi, tu possèdes encore l’énergie de voyager.

L’idée était excellente, ses valises furent vite bouclées, et après avoir embrassé ses parents, Hedda était monté dans le taxi qui l’attendait devant la porte.

Dans cette chambre d’hôtel à Oslo, elle se réjouit à l’idée d’aller dîner dans la grande salle à manger. Sa nouvelle robe lui allait à merveille, elle se tourna devant la glace pour l’admirer une nouvelle fois, ensuite elle prit son sac sur la petite table près de la fenêtre. Le jour déclinait sur Oslo, ses milliers de lumières allaient bientôt éclairer les rues et se refléter dans le fjord.

Quelqu’un frappa à la porte, Hedda l’entrouvrit prudemment et aperçut le regard bleu et le sourire ravageur de Fredrik. Elle tendit les bras vers lui.

  • Tu es venu ! Quelle bonne surprise ! J’ai réfléchi ce soir et je suis arrivée à la conclusion qu’un petit voyage dans le nord me rafraîchirait les idées. Qu’en penses-tu ? Tu aimerais m’accompagner ?
  • Avec joie. A nous les glaciers, les montagnes et les grandes forêts, toute cette nature intacte qui dégage une telle sérénité.
  • La sérénité, répéta Hedda. C’est exactement ce dont j’ai besoin en ce moment.
  • Allons dîner d’abord.

Le château de Chouvigny

P1050700                                       Lagarde enquête à Chouvigny  le pitch

 

Le soleil brille généreusement sur la région Auvergne et commissaire Lagarde prépare ses vacances, bien méritées. Au moment où il se décide enfin à aller rejoindre sa compagne en Norvège, un meurtre annule ses projets de voyage. Le village pittoresque de Chouvigny et ses gorges sauvages sont, cette fois, le théâtre du crime.

Chose étrange, Lagarde avait éprouvé quelques sombres pressentiments en apercevant la jeune victime quelques jours plus tôt. Elle était alors pleine de vie, séduisante et suscitait désir et jalousie parmi ceux qui l’entouraient

Disparition et meurtres sous un soleil assassin. Lagarde, aidé par son fidèle adjoint Sven, sacrifiera ses vacances pour se livrer à la chasse au meurtrier.

La page 99 de "Lagarde enquête à Chouvigny" (copyright Josie Hack)

  • Etiez-vous à Chouvigny le lundi matin six août entre 10 heures et midi ? Savez-vous où se trouve Emilie Blanchet ?

Julien se leva de sa chaise.

  • Je vous réponds deux fois par « non », commissaire. Il est vrai que j’avais joué avec l’idée de faire une balade dans les gorges de la Sioule, mais la chaleur m’a fait changer d’avis. Je voulais éviter un trajet trop long en voiture. Je ne suis pas allé à Chouvigny ce jour-là. J’ai grimpé sur le Puy  de Louchadière pour y chercher la fraîcheur, un peu de sérénité et une réponse aux questions existentielles que je me pose en ce moment. En ce qui concerne Emilie, j’aimerais désespérément savoir où elle est et si elle va bien.
  • Avez trouvé ce que vous cherchiez sur ce Puy ?
  • La fraîcheur, non. La sérénité, non plus. Mais je savais en redescendant que Jenny ne pourrait pas faire mon bonheur dans la vie, ni moi le sien. J’avais décidé de rompre avec elle et je voulais renouer avec Emilie. Depuis, j’ai appris que l’une était morte, l’autre introuvable et l’on me soupçonne d’être un meurtrier. J’aurais peut-être mieux fait de rester au lit ce jour-là. Ceci dit, vous n’avez rien d’autre contre moi que le fait que je possède une Dacia rouge. Alors puis-je rentrer chez moi ?
  • Allez-y, dit Lagarde, mais restez à Clermont.

Après le départ du jeune homme, le commissaire et le capitaine Dumont se consultèrent du regard.

  • Qu’en penses-tu ? demanda enfin Jocelyne.
  • Je pense que j’aurais préféré avoir suffisamment d’éléments contre lui pour pouvoir le mettre en garde à vue. Je suis presque certain que nous lui avons appris des choses en le convoquant. Il sait à qui appartient la voiture et le bijou, j’ai peur qu’il fasse quelque chose de regrettable.
  • Tu te fais des idées, Jean. J’ai vu son expression aussi, bien sûr. Je pense plutôt qu’il sait que cette pochette de portable appartient à Emilie, c’est peut-être lui qui l’avait offerte à la jeune fille. Je suis sûre qu’il a joué un rôle dans ce crime.

Lagarde ne répondit pas. Il restait persuadé que convoquer à nouveau Julien avait été une mauvaise idée, et lui, le commissaire au flair infaillible, n’avait rien fait pour empêcher cette erreur. La soirée était déjà bien avancée, il rassembla ses notes et salua Jocelyne. Celle-ci, occupée à tapoter frénétiquement sur son clavier d’ordinateur, lui répondit à peine.

Au moment où il franchit la porte du commissariat, quelques grosses gouttes de pluie se mirent à tâcher le béton chaud du trottoir et séchèrent aussitôt. Il leva les yeux vers le ciel. L’orage menaçait, mais il n’éclatait pas. Lagarde s’imaginait une main géante, invisible, qui refuserait d’ouvrir les vannes des nuages afin de priver ceux qui attendaient la pluie de la fraîcheur tant  espérée.

 

                       Sale temps

 

Le commissaire s’assoupit peu après 22 heures. Il avait laissé les fenêtres de son appartement grandes ouvertes et le ventilateur  tournait à la vitesse maximale au pied de son lit. Son épuisement était tel qu’il aurait pu dormir jusqu’à une heure avancée de la matinée, si un terrible vacarme ne l’eut pas sorti de ses rêves agités vers trois heures du matin. Il venait de rêver que Sven et Jocelyne tentaient de le réveiller en jetant des poignées de cailloux contre ses fenêtres, lorsqu’il revint à la réalité. Les cailloux  de son rêve se révélèrent être des grêlons de la taille d’œufs de pigeons qui heurtaient la balustrade du balcon, les vitres et les volets en bois avec un bruit de fin du monde. On aurait pu croire qu’une arme géante mitraillait son immeuble. Les bourrasques de vent, chargé d’humidité faisaient danser les rideaux neufs que Hedda avait accrochés aux fenêtres. Il actionna l’interrupteur de sa lampe de chevet ; en vain, l’orage avait sans doute provoqué une coupure de courant. Les sens et les membres encore tout engourdis par le sommeil, il sortit de son lit. Sous ses pieds nus, il sentit le froid mouillé des grêlons en train de fondre sur le tapis « flokati » grec, une  autre acquisition de Hedda. L’obscurité complète créait une sensation de  grand vide autour de lui, comme un léger vertige, il se sentait désorienté dans cette pièce pourtant familière, avançant à tâtons, tel un homme aveugle. La foudre flamboyait dans le ciel nocturne, éclairant la chambre un instant, ce qui permit à Lagarde de repérer sa lampe à piles sur une petite table près de la porte. 

Les hauteurs de Chouvigny

P1050674
P1050675
P1050680
P1050681
P1050683
P1050688
P1050690
P1050691
P1050232

P1050236

12182771 168184040194641 1463342429480407336 o
P1000872
P1050208

Nouvelle visite de Chouvigny et des environs

 

Commentaires (2)

Josie Hack
  • 1. Josie Hack | 03/01/2016
Bonjour,

Merci beaucoup pour vos précisions, c'est toujours très intéressant d'apprendre des anecdotes régionales. J'invente mes histoires d'après des photos que je prends lors de mes randonnées, il y a tellement de beaux coins à découvrir. Je tâcherai de faire une petite allusion au "chemin des muletiers" .
En attendant, je vous souhaite beaucoup de plaisir lors de la lecture des histoires précédentes.

Cordialement

Josie Hack
REINHARD
  • 2. REINHARD | 03/01/2016
Bonjour,

C'est en parlant de livres policiers, que des cousins m'ont fait découvrir votre existence et en consultant votre site je vois des photos de ma commune natale.

Une petite indication sur le chemin des rocailles : ce sont mon père, Jean Giraud et mon frère Marc Giraud qui ont redécouvert ce sentier que dans la famille, nous appelons le chemin des muletiers. Mon père passait , enfant, ses vacances au bourg de Chouvigny dans la maison de ses grands-parents maternels.

En attendant de lire votre roman sur Chouvigny, je vais me précipiter dés la semaine prochaine chez ma libraire afin qu'elle me commande vos livres.

Cordialement
.

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 23/01/2018