Meurtre en macro - Lagarde enquête à Boudes

32968635 713699502309756 2491919018454155264 n

Dans "Meurtre en macro", Lagarde enquête dans la vallée des Saints à Boudes

P1000564 2

P1000577
P1000586
P1000595
P1000602
P1000608

Soudain, un cri strident déchira la paix de la forêt, un hurlement qui exprimait à la fois la douleur et de la colère. Le chant des oiseaux cessa aussitôt, ils prirent la fuite dans des battements d’ailes affolés. Jean-Michel stoppa sa marche et regarda autour de lui, ce cri l’avait saisi jusqu’à la moelle. Ce ne pouvait provenir d’un animal, il ne connaissait aucune bête capable de hurler ainsi. La direction d’où provenait ce cri n’était pas facile à déterminer avec précision, il dirigea ses pas un peu au hasard.

La page 99

Pourquoi Erik cherchait-il à résoudre les mystères de l'histoire de sa famille avec une telle urgence?Sentait-il l’ombre oppressante de la mort approcher? La peur de ne plus se réveiller lui volait peut-être le sommeil nocturne, le laissant dans son lit, les yeux ouverts à ruminer des questions, restées sans réponse.

- Si tu crois que résoudre ce mystère peut apaiser les vieux jours de ton oncle, alors pars.

- Tu acceptes toujours de m’aider ? dit subitement Hedda.

- J’ai une autre enquête en cours. En dehors de la victime, tous les protagonistes sont toujours en vie et réclament justice. Tu dois comprendre que je dois donner la priorité à cette affaire-là. Mais je t’aiderai, bien sûr.

- Ton métier est toujours prioritaire, ce n’est pas nouveau pour moi, répondit Hedda sur un ton amer.

­- Essaie d’apprendre l’identité de celui qui avait découvert le corps d’Harald et où se trouvaient les autres membres de la famille proche.

Hedda le dévisagea.

- Tu n’acceptes toujours pas l’hypothèse d’un crime commis par un rôdeur qui en voulait à l’argent de mon aïeul.

Madame le capitaine Dumont n’en avait que faire de l’état de Bousquet, tant mieux si ce dernier se trouvait en condition de faiblesse, elle arriverait à le faire craquer plus rapidement, de préférence avant le retour du commissaire. Cette fois, c’était elle, Jocelyne, qui détenait la vérité et elle allait le prouver à Lagarde. En imaginant l’air penaud de ce dernier, lorsqu’il prendrait connaissance des aveux de Bousquet elle dut réprimer un sourire. Mais elle se montrerait magnanime dans la victoire, tout ce qu’elle lui demanderait serait de devenir sa collaboratrice à la place de Gallier. Une petite mutation ferait le plus grand bien à ce jeune arrogant.  En attendant cette promotion, elle continuerait à cacher la passion secrète qui couvait en elle, le commissaire ne devait voir qu’une  collaboratrice d’une efficacité indéniable en action. La flamme de son amour était provisoirement enfouie sous une épaisse couche de glace. C’était là un effort énorme à fournir à chaque fois qu’il apparaissait, mais elle avait constaté que cela commençait à intriguer Gallier. A deux ou trois reprises, il l’avait dévisagée   avec étonnement alors qu’elle s’adressait au commissaire sur un ton glacial. Bientôt, il le ferait remarquer à son boss.

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 29/01/2019